L’expressionnisme abstrait

Certaines œuvres d’expressionnistes allemands marquèrent l’enfance de Frieder Burda et constituent le fonds initial de la collection. Toutefois, un séjour aux États-Unis dans les années 1970 éveille son intérêt pour les expressionnistes abstraits – Jackson Pollock, Willem de Kooning, Mark Rothko et Clyfford Still –, qui constituent un autre volet de la collection. Renouant dans un premier temps avec les traditions européennes, ces jeunes Américains développèrent de nouvelles conceptions de la peinture à New York entre le milieu des années 1940 et le début des années 1950. Leur objectif était d’impliquer l’observateur dans le tableau en l’entraînant sur le plan émotionnel – et non pas mental ni narratif.

Dans cette optique, le contenu du tableau se devait d’être abstrait et les formats revêtir des dimensions colossales. À l’instar de l’expressionnisme des modernes du début du XXe siècle, l’expressionnisme abstrait américain de l’après-guerre voulait faire table rase des traditions picturales afin d’ouvrir à la peinture des espaces d’expressions jusque-là inexplorés. Forts de leurs abstractions gestuelle et chromatique, les expressionnistes abstraits ouvrirent non seulement un nouveau chapitre de la peinture non figurative, mais créèrent aussi par là même une véritable tradition artistique américaine.

L’enthousiasme de Frieder Burda pour les artistes américains persista les années suivantes et fut renforcé par l’achat de travaux d’artistes tels qu’Andy Warhol, John Chamberlain, Robert Rauschenberg, William N. Copley, Malcolm Morley, Alex Katz et Richard Estes.

Artistes