Architecture

Les meilleures œuvres de la modernité sont toutes liées à des principes et des idéaux qui relèvent de l'architecture. La peinture moderne s’interroge sur la nature de la peinture elle-même, la sculpture moderne sur les relations entre l'art et l'espace. De la même manière, l’architecture moderne explore la relation de la lumière à l’espace et à l’échelle humaine. Tous les genres artistiques refusent ainsi de servir des exigences d’ordre décoratif, illustratif ou sentimental. Le potentiel révolutionnaire de la modernité s’est manifesté surtout dans des œuvres qui ont substitué à l'illusion la rigueur de la technique. Le musée conçu pour la Collection Frieder Burda est un bâtiment moderne d’un autre genre, comme une sorte de prolongement souple d’un jardin pittoresque, il est situé, à distance piétonne, sur un site aux dimensions humaines exerçant un rayonnement particulier. 

Le projet envisageait un nouveau musée pour l'art des XXe et XXIe siècles qui s’inscrive dans le parc paysager incomparable de la Lichtentaler Allee tout en s’harmonisant dans ses proportions avec le profil classique de la Staatliche Kunsthalle Baden-Baden toute proche. Un effort considérable a été fourni pour conserver le plus possible les arbres du site et ainsi intégrer tout naturellement le Musée Frieder Burda dans l’environnement naturel. La forme, les lignes et les proportions du nouveau bâtiment répondent dans leur ensemble à la hauteur des étages et au fronton du bâtiment néo-classique de la Kunsthalle, chacune des deux institutions conservant néanmoins sa propre identité.

La structure du musée, nichée au milieux des arbres majestueux de la Lichentaler Allee, comprend trois étages. On y pénètre par une entrée principale qui donne à l'est du principal chemin piétonnier qui traverse le parc. Au second étage, une passerelle de verre relie le bâtiment au rez-de-chaussée de la Kunsthalle. Cette passerelle a été pensée pour modifier le moins possible le caractère de la Kunsthalle telle qu’elle existait déjà. Le Musée Frieder Burda se veut un musée autonome tout en entretenant une relation fraternelle avec la Kunsthalle qu’il vient compléter. C’est pourquoi ce passage de verre est comme un cordon ombilical tendu entre les deux bâtiments et qui peut s’ouvrir et se fermer. Une cour extérieure, située plus bas, borde le bâtiment côté sud, soulignant la transition entre le musée et le paysage environnant de la paisible Lichtentaler Allee. 

Quand il entre dans le musée, le visiteur traverse d’abord un atrium lumineux, l’accueil, avant d’arriver à une rampe transversale spacieuse qui parcourt quatre étages et se termine dans l’axe de la passerelle, un étage plus haut. Comme l’ascenseur adjacent, la rampe donne accès à une deuxième grande galerie suspendue au-dessus du hall du rez-de-chaussée, ainsi qu’à des salles supplémentaires d’exposition au sous-sol et sur la mezzanine d’où l’on aperçoit l’entrée. Historiquement et formellement, la grande rampe reprend le motif d’une séquence en spirale. Mais je considère cette rampe plutôt comme un événement que comme un élément de pittoresque ou une séquence dans un ensemble spatial. J’espère que les visiteurs suivront le parcours à travers le bâtiment selon le rythme qui lui est propre, fait de mouvement et de sérénité. En effet, quand on parcourt le bâtiment, on est à plusieurs reprises interrompu par des effets d’arrêt, et des axes perpendiculaires là où l’inclination de la rampe croise l’accès à une galerie d’exposition. 

C’est à travers des parois de verre munies de pare-soleil que la lumière pénètre dans des espaces d’exposition clairement structurés en enfilade et traités en blanc. La salle d’exposition supérieure, reliée à la rampe par une passerelle, donne sur le parc environnant et sur le niveau inférieur. Les espaces en retrait des étages supérieurs et les murs extérieurs de la galerie inférieure permettent à la lumière naturelle d’éclairer également l’étage inférieur. Presque toutes les salles bénéficient d’une lumière naturelle contrôlée, démontrant à quel point l’expérience de l’espace peut influer différemment sur la contemplation de l’art. Des lamelles apposées sur la façade sud permettent de régler la quantité de lumière qui pénètre aux différentes heures du jour dans les salles de la galerie. 

Frieder Burda est un collectionneur passionné et engagé d’art contemporain. Son regard et sa conscience sont si développés que l’amour de l’art et l’amour de la contemplation de l’art sont devenus parties intégrantes de sa vie. Sa passion pour la peinture et pour la sculpture est véritablement contagieuse. C’est la raison pour laquelle c’est pour moi un tel honneur que de travailler avec lui pour créer une œuvre d’art, une œuvre d’architecture qui permette au spectateur de percevoir autant l’art que l’espace et de vivre et contempler les œuvres des cent dernières années que comprend cette collection exceptionnelle, et ce dans un environnement aussi harmonieux. 

La richesse et la signification de la Collection Frieder Burda n’ajoutent rien au travail des artistes qui y sont représentés, mais les liens entre la conception de la collection et les différentes formes d’expression artistique qui y sont représentées peuvent être considérés sous un nouveau jour. À la lumière du jour qui, au fil des saisons et des changements atmosphériques, éclaire et anime les œuvres du musée, comme jamais ne le permettrait la lumière artificielle. C’est la lumière qui, dans ce musée, est le matériau le plus important, elle revêt ici une fonction clé. La lumière sur la ville de Baden-Baden et la Lichtentaler Allee est d’une qualité et d’une clarté supérieure ; c’est cette lumière qui inonde l’intérieur du musée. Ainsi le visiteur aura-t-il la possibilité de regarder les œuvres d’art à la lumière naturelle dans les mêmes conditions donc que celles que connaissaient la plupart des artistes quand ils ont exécuté ces œuvres. Je suis convaincu que la Collection Frieder Burda va déployer un rayonnement tout particulier dans sa conception et sa mise en œuvre – et ce surtout, je l’espère, parce que dans ce lieu, l’expérience de l’espace et l’expérience de l’art se complètent avec une qualité particulière. 

Richard Meier

Informationen

BauherrStiftung Frieder Burda
ArchitekturbüroRichard Meier & Partners Architects LLP, New York
Beauftragter ArchitektRichard Meier
Design PartnerBernhard Karpf
ProjektarchitektStefan Scheiber
Örtliche BauleitungDipl.-Ing. Peter W. Kruse, Baden-Baden

Projektdaten

Grundstücksfläche3.642 m²
Bebaute Grundstücksfläche2.220 m²
Bruttogrundrissfläche4.103 m²
Bruttorauminhalt23.300 m³

Zeittafel

Beauftragung des Architekturbüros Richard Meier & Partners Architects LLP 3. Juli 2001
Planungsphase2001-2002
Einreichung des Bauantrags27. April 2002
Baugenehmigung1. Juli 2002
Erster Spatenstich26. September 2002
Richtfest10. Oktober 2003
FertigstellungSeptember 2004
Eröffnung22. Oktober 2004